Liste des essaisPrécédentSuivant




????
Nous vous présentons un Paris sympa, mis a jour quasiment toutes les semaines.
Changement de genre.
11.2006Liste des essaisPrécédentSuivant
Certains d’entre vous pourraient être choqués en pensant au changement de sexe, (sex change) par ce titre, mais je vous rassure : il s’agit ici du « genre » grammatical. Parmi les lecteurs, je pense qu’il y en a qui ont appris que « l’apprentissage du français nécessite l’éveil à la sexualité ». En effet si on se limite au fait que l’homme est au masculin, et la femme au féminin, il n’y a pas de problèmes, mais on est confus si on nous dit qu’un livre est masculin, et une table au féminin. Et on apprend que ce n’est pas quelque chose de logique, mais une convention de la communauté de tout ceux qui utilisent cette langue : la francophonie. Si on y réfléchit bien, c’est quelque chose de très important, qui, comme le véritable « éveil de la sexualité », peut complètement changer la vision du monde. Mais une fois qu’on est « éveillé », il y a un système solennel selon les règles duquel les articles, las adjectifs et les participes passés changent de forme, et les étrangers comprennent que l’apprentissage du français consiste à s’y habituer. Pour cette raison, je pense me limiter à cette langue cette fois-ci.

Illustration de l’héroïne de « La Garçonne » de Victor Marguerite (1922).
Bon, les faits précédentes étant posés, nous passons à des choses un peu compliquées : c'est-à-dire lorsque le genre et le sexe se confondent.
Il n’y a qu’un seul genre pour un nom, mais en réalité, il arrive qu’il soit utilisé pour les deux sexes. La connaissance est au féminin, et son sens propre est « savoir », mais comme signification dérivée, il arrive qu’on l’utilise pour désigner « une personne que l’on connaît » : que faire dans ce cas ? Il est utilisé tel quel pour les femmes, bien sûr, mais aussi pour les hommes. De plus « membre » est au masculin, mais il y en a évidemment qui sont des femmes. Le cas de « violon » pour signifier « joueur de violon » est semblable : les deux termes « un violoniste » et « une violoniste » existent, mais lorsqu’on utilise le premier, ce n’est qu’ « un violon ».
Il y a aussi des cas où le genre et le sexe se contredisent: « basse » est au féminin, ce qui est correct si ce terme désigne des sons graves, ou des instruments de musique qui ont une note grave, mais s’il s’agit d’une personne chantant avec une voix grave, il désigne obligatoirement un homme, ce qui prête à confusion. Comme exemple du même genre, on peut citer « sentinelle » ou « recrue » dans le vocabulaire militaire, mais comme les femmes soldats ne sont plus rares ces derniers temps, on peut dire la confusion a proportionnellement diminuée. Dans le cas «cordons bleus» : les personnes très douées en cuisine, je pense que c’est l’inverse ; ce nom désigne normalement une femme. Peut-être qu’il y a parmi les lectrices, des personnes qui ont fréquenté des cours de cuisine, et ont des diplômes de cordon bleu. Mais comme il n’est plus inhabituel que des hommes fréquentent ces cours, la contradiction a diminuée.

Pour montrer l’affection que l’on porte à quelqu’un, il arrive que l’on croise exprès le genre et le sexe. Il est normal de dire « ma chérie » ou « ma petite » à sa femme, sa petite amie ou à une petite fille, mais on utilise quelquefois « mon chéri » ou « mon petit ». Si on s’adresse à un garçon, on dira au contraire « ma belle » ou « ma petite fille ». Jusqu’ici, il s’agit de chose qu’on peut trouver dans un livre de grammaire ; je me propose de faire des recherches pour le cas des homosexuels, dont on parle beaucoup aujourd’hui.

Bon, la raison pour laquelle j’ai commencé à parler de choses si compliquées tient à des articles de presse.



La présidentiable socialiste, Mme Ségolène Royal.
L’un concerne l’élection présidentielle. La date de l’élection du prochain président a été fixée au 22 Avril 2007 par le ministre de l’Intérieur Nicolas SARKOSY. Il est évident que celui-ci est un grand candidat potentiel, et le Parti Socialiste, à l’opposition, vient juste de commencer à choisir son candidat, et un journal tout récent a rapporté que les trois présidentiables avaient débattu. Il s’agit de Mme Royale , M.Strauss-Kahn et M.Fabius, mais comme ils ont tout trois leurs styles et leur politiques, les militants du PS hésitent à se décider sur le candidat à opposer à Mr SARKOSY (Il sera certainement le candidat de droite). En admettant que Mme Royale soit candidate, et remporte, les élections, que ce passera-t-il ?
La raison pour laquelle je pose cette question est que « président » est traditionnellement au masculin, et « la présidente de la République » était réservée à l’épouse de ce dernier ; comme par exemple « professeur » ou « ministre », il a été considéré comme un métier d’homme. Mais des présidents de sexe féminin sont apparus ces derniers temps, ce qui a provoqué l’apparition d’exemple d’utilisation comme « la présidente de la République finlandaise » dans le Petit Robert. Si je continue sur ma lancée, « PDG » était limité au masculin il y a quelque années, mais maintenant, sa forme féminine : « présidente-directrice-générale » est attestée. En somme, c’est que les temps où il ne serait pas étonnant de voir l’apparition d’une « présidente »sont arrivés, en France comme aux Etats-Unis, et que la langue française est maintenant prête à l’accepter.

S’agissant de refléter son époque, le deuxième exemple n’est pas en reste non plus.
Dans le journal « Le Monde » de la mi-octobre, a été publié un article intitulé « La propriété de son corps et la prostitution. ». Il affirme que si l’on suit la morale de consentement du 21e siècle, on ne pourrait plus pénaliser la prostitution et qu’ " Elle (la prostituée) deviendrait une travailleuse ni plus ni moins honorable que les postières ou les écrivaines. "
L’auteur est Marcela Iacub, est une experte de la loi et de la bioéthique originaire de l’Argentine, travaillant actuellement au CNRS, et possède une riche bibliographie.
Comme le contenu de cet article dépasse mes compétences, je le laisse à l’appréciation du lecteur. Et je vous prie de vous intéresser au mot « écrivaine », à la fin de la citation. Ce mot était traditionnellement au masculin, et il doit être noté n.m. sur votre dictionnaire français japonais. Et il était traditionnellement normal de dire « une femme écrivain », lorsqu’il est de sexe féminin. Dans le Shin furansu go bunpô jiten (Nouveau dictionnaire de la grammaire française), de Sueo ASAKURA, Ed. Hakusuisha, on trouve aussi l’exemple suivant :
«Mme de Sévigné est un grand éécrivain. »
Mais ces dernières années, un « changement de sexe » s’est aussi opéré pour se mot : le Robert de 1996 donne l’explication suivante : "Certaines femmes écrivains se qualifient d’écrivaines. Cette forme se retrouve en Suisse et au Québec." Le Petit Larousse va également dans ce sens, et tout en sous-entendant qu’elle n’est pas reconnue en Métropole, affirme qu’"elle s’est répandue dans toute la francophonie." En fait, la première à s’être qualifiée d’ « écrivaine », semble être Collette, qui a aussi de nombreux admirateurs au Japon.

Liste des essaisPrécédentSuivant

NET NIHON -S.A.R.L.
Copyright (c)2005 NET NIHON..All Rights Reserved
info@mon-paris.info